CHASSE pays
ACCUEIL
Menu

CHASSE EN
AFRIQUE

Afrique du Sud
Centrafrique
Gambie
Guinée Bissau
Maroc (Petit Gibier)
Maroc (Sanglier)
Maroc (Tourterelle)
Mozambique
Namibie
Sénégal
Tunisie (Grive)
Tunisie (Sanglier)
Zimbabwe

CHASSE EN
AMERIQUE

Argentine
Uruguay

CHASSE EN
EUROPE

Angleterre (Pigeon)
Biélorussie (Battue)
Biélorussie (Petite & moyenne chasses)
Ecosse (Grand gibier)
Ecosse (Petit gibier)
Irlande (Chasses mixtes)
Irlande (Pigeon)

 

Les Espèces chassées : le Raton laveur

RATON LAVEUR
(Procyon lotor)

Longueur totale : 60 à 95 cm
Hauteur au garrot : environ 30 cm
Poids : 5 à 16 kg
Reproduction : Accouplements en février
Moeurs : Le mâle, polygame, vit en solitaire, hors période du rut. 1 gestation annuelle de 63 jours, mise-bas de 1 à 7 petits.

Le raton laveur a un corps trapu, une tête large et un museau pointu. Ses oreilles sont écartées, larges et arrondies. Ses yeux rapprochés, entourés de deux taches foncées, à la manière d'un masque, lui donnent un air de petit brigand espiègle. Sa vue, son ouïe et son odorat sont admirablement bien développés.
Ses pattes plutôt courtes, dotées de cinq doigts semblables à ceux des doigts humains, lui permettent de manipuler des objets avec une grande dextérité. Et contrairement à bon nombre d'animaux, ses griffes ne sont pas rétractiles. Sa fourrure de qualité, relativement longue, lisse et épaisse, comporte un duvet dense surmonté de poils allongés et raides au toucher. L'ensemble de son manteau présente un mélange de gris jaunâtre, de brun et de noir. Sa queue fournie est garnie de cinq ou six anneaux plus foncés.

Le raton laveur s'adapte assez facilement à toutes sortes de milieux pourvu qu'il soit à proximité d'un lac, d'une rivière, d'un ruisseau ou d'un marais. Il s'accommode aussi fort bien des milieux agricoles, particulièrement ceux où on cultive le maïs. Son domaine vital couvre environ 2,5 km².

Le raton laveur aménage sa cabane le plus souvent dans le creux d'un arbre mort ou sous une vieille souche. Mais s'il repère un endroit tout aussi confortable au creux d'un rocher, il s'y installe volontiers. À l'occasion, il élit même domicile dans le terrier déserté d'une marmotte, une ancienne hutte de rats musqués, le grenier d'une maison abandonnée ou la cheminée d'un chalet inhabité durant l'hiver. Et, en plus de cet abri central, il possède plusieurs autres logis secondaires sur l'ensemble de son domaine vital.

Le raton laveur est un véritable omnivore. Même s'il manifeste une préférence marquée pour le maïs, il se régale aussi d'à peu près tout ce qui lui tombe sous la dent. L'été, 70% de son régime alimentaire est constitué de petits fruits comme les fraises, les framboises, les mûres, les bleuets, les cerises,les raisins, le sureau... Il complète le tout avec de gros insectes tel des sauterelles, des grillons, des hannetons et des mollusques, des oisillons, des souris, des écureuils, de jeunes rats musqués, des grenouilles, des tortues et des salamandres. Au début de l'automne, il commence à accumuler ses réserves de graisses en ajoutant à ce menu une grande quantité de glands, de faines et de noisettes.

Curieux et intelligent, voilà une bonne façon de qualifier cet animal à la démarche plutôt malhabile et lente. En fuite, il peut galoper à près de 25 km/h. En revanche, il grimpe aux arbres et passe d'une branche à l'autre avec une aisance remarquable. Dans l'eau, même s'il n'aime pas plonger en profondeur,il est un excellent nageur. Habituellement, comme il n'aime pas être dérangé, il est actif surtout la nuit. Si la température lui convient, il se met en chasse dès le crépuscule. S'il pleut, neige ou vente, il restera plusieurs jours sans manger, tapi au fond de son abri. Sa manière caractéristique de manipuler ses aliments a souvent fait croire qu'il lavait sa nourriture. En réalité, c'est probablement sa façon de l'examiner avant de la manger. À la manière d'un vrai brigand, il pousse son habileté et sa curiosité jusqu'à détecter ce qui lui convient dans nos réserves de nourriture et à déjouer nos pièges pour le capturer. Et comme il peut réussir à décapsuler une bouteille d'eau gazeuse avec ses pattes avants, imaginez la facilité avec laquelle il se débarrasse du couvercle d'une poubelle pour en vider le contenu. De la fin de l'été jusque tard à l'automne, le raton laveur mange comme un vrai glouton. Il accumule alors des réserves sous forme de graisse, lesquelles lui permettront de vivre dans son abri du mois de novembre jusqu'à la fin de février.

Comme la température de son corps ne s'abaisse pas durant cette période inactive, on ne le considère pas comme un hibernant. D'ailleurs, en plein hiver, une période prolongée de temps doux peut le sortir de son sommeil léger et le pousser à jeter un petit coup d'œil hors de son repaire. Durant ces 4 mois de réclusion, il perd jusqu'à 20% de son poids.
À la période du rut, le mâle habituellement peu sociable et solitaire, se met à la recherche de femelles. Il marque alors son territoire d'urine. Le rut terminé, il retourne à sa vie solitaire.
À l'opposé, la femelle possède un esprit familial très développé. Elle met bas des petits couverts de poils mais pratiquement aveugles. Vers le dixième jour, leurs yeux sont déjà entourés de leur masque caractéristique; ils s'ouvrent durant la troisième semaine. À quatre semaines les ratons jouent entre eux et commencent à sortir de leur abri. Et même s'ils atteignent leur taille d'adulte vers l'âge de 3 mois, ils restent sous la tutelle de la femelle qui leur enseigne à grimper aux arbres et leur apprend les principaux rudiments de la chasse. Toute la famille passe l'hiver ensemble au fond de l'abri. Le printemps suivant, avant l'arrivée d'une nouvelle portée, les jeunes ratons, maintenant capables de se débrouiller seuls, quittent le gîte familial.

Entre la fin de janvier et le début de mars, c'est la période du rut. Le mâle sort de son isolement pour s'accoupler à une ou plusieurs femelles, il est polygame. La femelle, au contraire, après avoir accepté un mâle, repousse tous les autres prétendants. Cette cohabitation annuelle dure une cinquantaine de jours au bout desquels le mâle est chassé. Une douzaine de jours plus tard et après une période de gestation de 63 jours, la femelle met bas 1 à 7 petits (en moyenne 4). Près de la moitié des jeunes femelles acquerront leur maturité sexuelle à un an alors que les mâles devront attendre à leur deuxième année, parfois même à la troisième.

À l'état sauvage, le raton laveur vit entre 10 et 12 ans alors qu'en captivité, n'ayant pas à affronter les hivers rigoureux et à faire face aux prédateurs, on croit qu'il peut atteindre un peu plus de 20 ans.

Les humains n'apprécient guère ses incursions dans les hangars et ses razzias pas très délicates dans les poubelles, et le délogent constamment. Mais les humains ne sont pas ses seules menaces ; les ratons laveurs adultes sont pourchassés par le lynx roux, le renard roux et la martre. Leur principal moyen de défense est la fuite dans les arbres, mais s'ils sont traqués et incapables de fuir, ils affrontent leurs adversaires à coups de griffes et de dents. Quand ils le peuvent, ils les entraînent dans l'eau où ils profitent d'un léger avantage et peuvent parfois les noyer. Quant aux petits, ils peuvent être la proie du grand duc.

Comme le raton laveur s'accommode facilement de la présence des humains, il est très répandu en Amérique du Nord. Au Canada, il abonde dans toutes les provinces sauf à Terre-Neuve. Importé en Allemagne il y a quelques décennies, il s'y est si bien adapté, qu'il habite maintenant l'ensemble du territoire européen.

Sympathique et même enjôleur, il peut s'apprivoiser assez facilement. Mais attention, comme tous les animaux sauvages, il peut avoir des réactions imprévisibles et même mordre. Le laisser seul dans une pièce de la maison, c'est risquer des dégâts catastrophiques. À la ville comme à la campagne, sa curiosité effrontée et son adresse exceptionnelle en font souvent un rôdeur nocturne plutôt détestable. Poubelles renversées, incursions dans les hangars et les remises, rien ne l'arrête. Vous croyez l'avoir fait fuir pour de bon? N'ayez crainte, il sera au rendez-vous le lendemain soir.
Il peut être porteur du virus de la rage.


 
SÉJOURS CHASSE
Chasse buffle
Chasse elan
Chasse Bécasse
Chasse Ours Noir
Chasse grive
Chasse sanglier
Chasse lion
Chasse pigeon
avec SAFARI
WORLD IMAGE
chasse
Circuits et séjours en Afrique
Safaris en Afrique
Croisières en Afrique
Trains de luxe en Afrique
 

 

sejour thailande - circuit thailande - sejour bali - circuit oman - sejour oman - circuit sri lanka - sejour sri lanka - sejour maldives - sejour dubai - circuit australie - circuit japon - circuit inde - circuit vietnam - circuit jordanie - circuit ouzbekistan - circuit cambodge - circuit syrie

Lodge Afrique du Sud hebergement garden route zimbabwe national parks Circuit Afrique du Sud Circuit Maroc Circuit Tunisie sejour senegal vacances senegal Lodges Afrique du Sud location rolls royce Paris | safari afrique | hotel via veneto hotel rome reservation hotel rome